Largeportrait e94d38b0

Anna Moï

Romancière

Anna Moï est née à Saigon, au Vietnam. Installée à Paris, après des études d’histoire, elle y devient styliste, avant de se consacrer à l’écriture. En 1992, de retour à Saigon, devenue Hô-Chi-Minh-Ville, Anna Moï commence à écrire des chroniques sur le Vietnam contemporain pour une revue francophone. Regroupées en un recueil, elles sont publiées en 2001 par les éditions de L’Aube sous le titre de la revue éponyme, L’Echo des rizières. Son premier roman, Riz noir, est publié en 2004 chez Gallimard. Elle est l’autrice d’une dizaine de livres (nouvelles, romans, essai poétique, livre de voyage, journal). Deux nouveaux livres paraîtront en 2017: en janvier, un récit, Le pays sans nom (Déambulations avec Marguerite Duras), aux éditions de l’Aube ; en février, un roman, Le venin du papillon, chez Gallimard.

ses ateliers

Atelier court de 6 séancesOn écrit à partir de soi : c’est une évidence. Pour autant, le soi devient multidimensionnel dès qu’on le laisse libre. Dans l’espace illimité de l’imaginaire, il va générer des avatars. Ce narrateur réfléchit parfois directement l’auteur. Dans d’autres cas, il usurpe l’identité d’autrui — une personne d’un autre sexe, ...

En savoir plus

On écrit à partir de soi : c’est une évidence. Pour autant, le soi devient multidimensionnel dès qu’on le laisse libre. Dans l’espace illimité de l’imaginaire, il va générer des avatars. Ce narrateur réfléchit parfois directement l’auteur. Dans d’autres cas, il usurpe l’identité d’autrui — une personne d’un autre sexe, d’un autre âge, d’une autr...

En savoir plus

On écrit à partir de soi : c’est une évidence. Pour autant, le soi devient multidimensionnel dès qu’on le laisse libre. Dans l’espace illimité de l’imaginaire, il va générer des avatars. Ce narrateur réfléchit parfois directement l’auteur. Dans d’autres cas, il usurpe l’identité d’autrui — une personne d’un autre sexe, d’un autre âge, d’une autr...

En savoir plus

On écrit à partir de soi : c’est une évidence. Pour autant, le soi devient multidimensionnel dès qu’on le laisse libre. Dans l’espace illimité de l’imaginaire, il va générer des avatars. Qui vont s’exprimer d’une certaine façon, en disant « je », ou « il, elle », « tu, vous ». Voire, « nous ». Ce narrateur réfléchit parfois directement l’auteu...

En savoir plus